Bresles

Chantilly
Sommereux
Montrer tout

Vue générale de Bresles au début du siècle dernier

 

Après avoir parcouru 37 km depuis Chantilly en longeant en grande partie la vallée du Thérain vous arriverez à Bresles, coquet bourg Picard proche de Beauvais.

Nouvelle Halle lors de sa récente construction

Une fois dans la ville vous laisserez le château à votre droite, ancienne résidence d’été de l’évêque de Beauvais, maintenant, Hôtel de Ville de Bresles. Et vous arriverez à la nouvelle halle, splendide bâtiment moderne qui a été terminé en 2017. C’est votre ravitaillement.

Les élus ont tenu à revitaliser prioritairement le centre-bourg, cela commencé par la création d’une halle pour accueillir le marché des saveurs. Puis ensuite l’embellissement des places, pour rendre une nouvelle jeunesse au cœur de ville, l’adapter à notre temps et à valoriser ces lieux d’échanges.

Un autre projet a consisté à aménager un axe piéton et une piste cyclable qui part du porche de l’Hôtel de Ville et traverse les deux places, sur les côtés des parkings. Un des deux axes qui borde la place principale est libéré pour que les commerçants y aménagent leur terrasse.

Bresles compte deux monuments historiques sur son territoire. Il s’agit de :

L’Hôtel de Ville de Bresles

Château de Bresles: Le premier château fort datant de 1212 a été détruit. Le château actuel date du début du XVIIIe siècle et fut la résidence d’été des évêques de Beauvais. Il abrite désormais l’hôtel de ville.

La chapelle dédiée à Saint-Pierre et Saint-Paul a été fondée en 1312 par Simon de Clermont-Nesles, évêque de Beauvais.

Vue de l’Église Saint-Gervais-et-Saint-Prothais

Église Saint-Gervais-et-Saint-Prothais : Sa nef du XIe siècle compte parmi les plus anciennes du Beauvaisis, et est bâtie avec de petits moellons cubiques récupérés d’édifices gallo-romains détruits. Sur le pignon de la façade, se profile un crucifix en bas-relief. Toutes les baies et portes d’origine ont été bouchées, et des fenêtres néo-gothiques ont été percées vers 1840. L’intérieur se caractérise aujourd’hui par un décor néo-gothique vétuste.

Les parties orientales du milieu du XVIe siècle contrastent avantageusement avec cette nef. Elles sont d’un style gothique flamboyant tardif, qui intègre déjà des motifs de la Renaissance sur les culs-de-lampe et les clés de voûte. Mais le bel effet de l’ensemble vient surtout des arcs-doubleaux soigneusement moulurés et des voûtes d’ogives complexes à liernes et tiercerons. Particulièrement remarquable est le plan, qui comporte un vaisseau central de trois travées droites terminé par une abside à pans coupés, et deux collatéraux. Doubles de part et autre de la première travée, ils deviennent ensuite simples par la dilatation du vaisseau central.

Ce plan est en partie imputable au positionnement de l’ancien clocher roman au-dessus de la première travée du vaisseau central. Son effondrement sur la nef, le jour de Pâques de l’année 1581, fait trente-sept morts, dont le curé. Le clocher est reconstruit au même emplacement, mais remplacé en 1853 par un clocher-porche néo-roman au nord.

L’église Saint-Gervais-et-Saint-Prothais est également intéressante pour son mobilier très complet.